Immunité et terrain “Le microbe n’est rien , le terrain est tout”

Béchamp et Pasteur contemporains s’opposèrent farouchement pour défendre leurs théories bactériennes devant les milieux scientifiques de l’époque.

Pour Pasteur toute maladie infectieuse était causée par des micro-organismes extérieurs. Béchamp lui voyait une origine interne. Béchamp avait donc raison lorsqu’il affirmait : « Le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

Effectivement des personnes en relation avec les mêmes bactéries ou virus développent ou pas une maladie infectieuse. Quel est donc ce qui fait la différence? Eh bien notre terrain.

Eh oui , notre terrain est la clé de notre immunité et ce terrain est interdépendant de notre santé intestinale.

Notre intestin n’a pas qu’une fonction digestive, il est aussi notre premier organe de défense immunitaire et représente 80 % de notre immunité. C’est à dire qu’il nous protège des agresseurs ( virus, bactéries) et cela grâce à un écosystème complexe.

Tout d’abord notre flore digestive avec nos 100 000 milliards de bactéries qui collaborent. Nous avons 100 fois plus de bactéries que de cellules. Ces bactéries en équilibre facilitent la digestion, permettent de répondre aux agressions et ont encore beaucoup d’autres fonctions.

Ensuite notre muqueuse digestive , 150 m2 d’intestin grêle qui ne doit laisser passer que les nutriments nécessaires pour assurer nos fonctions métaboliques et énergétiques. Tout autre substance posera problème et une muqueuse perméable entraînera un “lucky get syndrom” avec toutes les pathologies qui en découlent. Il faut savoir que les déséquilibres alimentaires, le stress chroniques et certaines substances comme les pesticides, fongicides, antibiotiques , anti-inflammatoires endommagent cette muqueuse. Quand ce système n’est pas au top, l’organisme réagit en créant des anticorps pour lutter contre ces substances qui ont traversé la barrière intestinale et il s’en suit une réaction inflammatoire qui se déclanche soit dans l’intestin , soit à distance en créant des allergies, des cystites, des intolérences alimentaires, des infections de tout ordre et même de la dépression. D’ailleurs toute maladie auto-immune est en relation avec une perméabilité intestinale.

Que faire alors?

Pour un système intestinal optimal , l’alimentation est très importante mais il faut aussi veiller à ne pas avoir un terrain acide. Il faut se débarasser des parasitoses: vers et candidose, apporter des pré et des probiotiques, sous forme alimentaire et parfois en compléments alimentaires. Les actibiotiques, spécialités du laboratoire Parinat sont très intéressants car ils permettent à nos propres bactéries de se développer et en dernier lieu il est capital si la muqueuse est endommagée de la réparer avec de la Glutamine, et n’oublions pas a vitamine D qui a une action sur notre immunité et sur les jonctions sérrées de l’intestin.

Voilà quelques pistes pour une meilleure immunité et mieux traverser l’hiver.

Cependant, la consultation avec un naturopathe qui effectue après une anamnèse un bilan permet de mieux cibler votre besoin et de mieux vous orienter.

Sophie Franciosi

Naturopathe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *